DICTIONNAIRE PRATIQUE DES ENTREPRISES FAMILIALES

accueil

Ci-dessous, lien pour acheter l'édition papier (345 pages - 18 €)
Le livre Dictionnaire pratique des entreprises familiales
Existe aussi en E-BOOK :
Version Livre Amazon | Version Livre Google

MOT AU HASARD. | LISTE DES 100 MOTS | APPORTER VOTRE CONTRIBUTION

ADMINISTRATEUR

LIGNES DE REFLEXION

L'administrateur d'une société familiale s'inscrit dans un cycle en général annuel de la vie sociale de l'entreprise. Qu'il s'agisse d'un administrateur au conseil d'administration ou d'un membre non exécutif du directoire, son rôle, outre les obligations juridiques, n'est pas étendu, et corrélativement sa voix n'est pas beaucoup entendue. Que cet administrateur (ou membre du directoire) soit ou non familial, les PV du conseil d'administration sont trop souvent préparés à l'avance dans des réunions plus formelles que productives.

Si dans les entreprises familiales, il y avait davantage de comités stratégiques, l'on pourrait tempérer l'importance et le rôle d'un administrateur, même si les rôles ne sont pas totalement identiques. Il ne faut pas transformer l'entreprise de telle sorte qu'elle soit en permanence en réunion. L'importance d'un administrateur tient dans sa capacité à avoir une vue différente de l'entreprise, à poser de bonnes questions pour bien sur en obtenir de bonnes réponses, à discuter sous un autre angle sur la marche de l'entreprise, etc. Il peut aussi avoir des missions pour l'entreprise et en être le rapporteur.

Les principes de bonne gouvernance voudraient qu'il y ait donc de bons équilibres dans l'entreprise, sur la rémunération, l'égalité hommes/femmes, la transparence des informations financières et sociales, dans les mécanismes de décisions internes/externes. L'administrateur a des droits et des devoirs : d'information, de défense de l'intérêt social, de loyauté, d'expression. qu'il soit indépendant, salarié, ou familial.

Le conseil d'administration définit la stratégie de la société. Il désigne les mandataires sociaux chargés de gérer la société dans le cadre de cette stratégie et choisit le mode d’organisation (dissociation ou cumul des fonctions de Président et de directeur général). Il contrôle la gestion et veille à la qualité de l’information fournie aux actionnaires et aux marchés à travers les comptes ou à l’occasion d’opérations importantes.

Quand le dirigeant d'entreprise est challengé au quotidien par ses clients ou ses fournisseurs, pourquoi ne le serait-il pas pour lui et sa société, d'autant plus qu'ici c'est pour le bien de la société elle-même. Si dans les conjoints des enfants (l'on dit maintenant "valeur ajoutée" et non plus "pièce rapportée") une compétence existe, nommer un administrateur non directement familial procède d'une démarche d'ouverture : profiter de l'apport extérieur dans sa société.

LIGNES D'ACTION

. Nommer un administrateur indépendant (tiers) et/ou salarié, avec un rôle plus complet qu'une simple nomination. Et à l'administrateur de bien dimensionner son rôle : écouter, comprendre puis proposer et discuter.

. Adhérer à l'IFA (Institut Français des Administrateurs), riche en bonnes idées et organisation pratique. même si l'IFA est très orienté vers les sociétés cotées.

. Mettre en place une bonne gouvernance d'entreprise et/ou de RSE.

. Choisir un administrateur par ses compétences, sa capacité à travailler sur des sujets précis, plus qu'un membre familial de "complaisance".

. Définir les règles d’indépendance de l’administrateur.

LIGNES DE PRUDENCE (points à éviter)

. Administrateur non formé qui ne remplit pas son rôle.

. Conflit d'intérêt éventuel.

. Administrateur de "complaisance" (familial, ami).

. Ne pas chercher parmi le personnel une compétence possible à ce poste.

. Ne pas faire tourner les administrateurs (tous les 5 ans par exemple).

LIGNES OPERATIONNELLES

. Préparer et informer le conseil d'administration ou le directoire d'un nouvel administrateur.

. Lire le guide l'IFA (www.ifa-asso.com) sur l'administrateur pour en appliquer les principes de base.

. Faire approuver sur un plan juridique la nomination d'un (ou plusieurs) administrateur(s) par son avocat.

. Anticiper et préparer le rôle possible de cet administrateur (mission, compétence, étude.).

. L'intégrer parmi les autres administrateurs et être transparent avec lui.


CONTRIBUTIONS COLLABORATIVES

.
© 2014-2017 Finadoc Actionnal (COSALE - RCS Lille Métropole) - François Almaleh