DICTIONNAIRE PRATIQUE DES ENTREPRISES FAMILIALES

accueil

Ci-dessous, lien pour acheter l'édition papier (345 pages - 18 €)
Le livre Dictionnaire pratique des entreprises familiales
Existe aussi en E-BOOK :
Version Livre Amazon | Version Livre Google

MOT AU HASARD. | LISTE DES 100 MOTS | APPORTER VOTRE CONTRIBUTION

AFFECTIO FAMILIAE

LIGNES DE REFLEXION

L'entente familiale est comme le rôle d'un chef d'orchestre : quand tout va bien au niveau des relations, l'entreprise familiale dans toutes ses dimensions vivra des jours plus sereins ou du moins réduira ses risques de mésentente possible. Une direction tenaillée par ses actionnaires ou ses co-dirigeants sera visible par le personnel avec tous les effets induits évidents. L'affectio societatis qui créé l'entreprise et le rapport des actionnaires au projet commun trouve une image symétrique dans la famille : l'affectio familiae, le rattachement des enfants et de la famille à l'entreprise.

Les enfants du dirigeant ne sont pas tous à l'unisson de leurs parents, pour des raisons de différences d’âge, de vécu par rapport au temps passé ou non à la maison, des soucis qui sont ramenés ou non là aussi à la maison, . La culture professionnelle du dirigeant n'est pas forcément celle que veulent les enfants. Les parents voudraient que les enfants soient comme eux, ou du moins pour les repreneurs éventuels. Les générations ne communiquent pas forcément bien. Mais tout s'apprend quand l'entreprise devient le socle commun.

Quand la famille est plus large, comprenant notamment plusieurs branches familiales, l'on peut être sur que tout ne sera pas si limpide à gérer, à tous points de vue : régime matrimonial des enfants, donation, rôle des conjoints, transmission, partage du pouvoir et des rôles, etc. Les intérêts s'écartent de l'entreprise, une absence ponctuelle de dividendes n'est pas comprise et inquiète, un mariage avec un gendre ou une belle-fille qui ne plait pas créera des inquiétudes, des prudences perceptibles, des jalousies éventuelles. Ce sera alors une "pièce rapportée" et non plus "une valeur ajoutée" (pour dire clairement ce qui se dit entre les lignes).

Comment le dirigeant doit-il s'y prendre pour fédérer au mieux tous les actionnaires familiaux pour une paix la plus longue possible ? Souvent les non-dits sont encore plus tus car une étincelle peut amplifier fortement des réactions pour lesquelles ce serait l'entreprise qui en pâtirait en premier lieu. Pour un actionnaire qui aurait des difficultés financières (même passagères), ou un membre de la famille en instance de séparation. tout serait prétexte à exacerber ses états d'âme, avec une volonté de sortir ses actions, de les revendre au meilleur prix. Et là tout s'enchaine : valorisation, contradictions, conflit où souvent bien plus que l'argent sont les ressentis. au détriment évident de l'entreprise.

Les principes de transparence sont essentiels, d'équilibre également. Donner la possibilité à chacun d'entrer ou de sortir de l'entreprise suivant des modalités précises et acceptées (pacte d'actionnaires par exemple). L'on évoquera aussi les valeurs de l'entreprise, ce sur quoi s'est fondée la réussite de l'entreprise familiale (même s'il faut l'avouer les bons principes d'accepter des valeurs communes tombent s'agissant d'argent).

LIGNES D'ACTION

. Mesurer (autant que faire se peut) l'image du dirigeant de chaque enfant, et à l'inverse chaque enfant sur le dirigeant. Les valeurs voulues par les parents ne sont pas si perméables. L'histoire familiale est-elle admise ? Le nom, l'entente, l'implication, la place des conjoints. sont autant de points à voir.

. Mettre en place une gouvernance de famille sur le rôle et l'implication de tous, au rythme de chacun, et en fonction de leur temps et de leurs compétences.

. Désamorcer très vite tout conflit possible et "mesurer" qui est individualiste et qui est collectif dans les vraies volontés (pas dans la forme où chacun peut théâtraliser son rôle).

. Créer un esprit de famille et de responsabilité dans la fratrie (par la fratrie elle-même, ou aux parents à animer cette flamme familiale positive et responsable).

LIGNES DE PRUDENCE (points à éviter)

. Aucun enfant n'est parfait, et "forcer" un enfant à reprendre n'est pas une bonne idée.

. Aucun temps ou trop peu consacré à la famille (même si le travail est prenant, les enfants doivent avoir des parents disponibles).

LIGNES OPERATIONNELLES

. Expliquer l'entreprise, l'histoire, les anecdotes, les valeurs aux enfants (+ les conjoints le cas échéant) pour l'unité familiale, et aussi anticiper des points de conflit possible. De même détecter un futur repreneur ou changer d'avis à son égard et ainsi ne faire prendre de risque à personne.

. Faire écrire à un ou deux enfants ce qu'est l'entreprise pour la famille, ses valeurs (pour un site web, pour une introduction à une charte de famille, pour un livre, ...).

. Détecter chez les enfants et leurs conjoints les sujets financiers qui pourraient poser souci (les histoires d'argent détruisent les familles).


CONTRIBUTIONS COLLABORATIVES

.
© 2014-2017 Finadoc Actionnal (COSALE - RCS Lille Métropole) - François Almaleh