DICTIONNAIRE PRATIQUE DES ENTREPRISES FAMILIALES

accueil

Ci-dessous, lien pour acheter l'édition papier (345 pages - 18 €)
Le livre Dictionnaire pratique des entreprises familiales
Existe aussi en E-BOOK :
Version Livre Amazon | Version Livre Google

MOT AU HASARD. | LISTE DES 100 MOTS | APPORTER VOTRE CONTRIBUTION

BUSINESS MODEL ET DEVELOPPEMENT

LIGNES DE REFLEXION

C'est un mot plutôt bien connu outre-Atlantique, davantage dans les jeunes générations mais peu des entreprises familiales : il s'agit dans un business model (et non dans un business plan) de déterminer la formation des activités stratégiques de l'entreprise sur tous les sujets : stratégie elle-même, flux d'activité, budgets, forces de l'entreprise, ressources clés, la valeur ajoutée, etc. C'est une démarche globale, transversale visant à projeter l'entreprise dans son ensemble face à ses concurrents, clients et fournisseurs. Naturellement, il n'est pas de notre propos de faire changer dans les entreprises familiales leur stratégie, leur business model, . juste parce qu'il faut s'adapter au monde. Les changements peuvent se gérer sur la durée. Réinventer les modèles d’affaires. ou disparaître. C’est ce qui motive la collaboration et les alliances entre des acteurs souvent concurrents (comme en Allemagne). La coopétition agit comme un antidote face au péril de déclin qui menace les entreprises, quelle que soit leur taille.

Etablir son business model a également un intérêt pédagogique : pour les enfants repreneurs, pour la banque, pour les assureurs-crédit, les tiers dans la mesure où ils participent à la création de valeur de l'entreprise.

Néanmoins, les jeunes générations sont davantage formées dans les grandes écoles de commerce ou d'ingénieurs, sont en général parties à l'international, et aguerries à d'autres constructions méthodologiques, à la fois dans les outils, les conceptions, les moyens de diffusion, l'approche globale.

Quand un dirigeant installe un enfant repreneur, sorti d'une grande école, d'un grand groupe, d'un cabinet d'audit ou de conseil, il arrive avec des méthodes différentes. Son but n'est pas de tout changer mais d'appréhender l'entreprise avec des outils plus "modernes" : comprendre les rouages de l'entreprise pour agir sur chacun d'eux et les optimiser. C'est souvent à ce prix, générant une incompréhension entre générations et leurs méthodes, que l'entreprise s'adapte au monde nouveau, globalisé, exigeant. Les nouvelles générations prennent moins de risque (non pas le risque absolu, mais le risque quotidien que tout est décision dans une entreprise, et encore plus dans une entreprise familiale). Les nouveaux styles de management (collaboratif, collectif, ...) impliquent aussi une approche globale différente plus centrée sur l'entreprise elle-même que sur son développement. Même si les affaires sont plus difficiles depuis quelques années, la sécurité d'une entreprise passe par la gestion plus efficiente. Le business-model fait ressortir les activités clés pour réduire celles qui ne le seraient pas, optimiser les flux pour gagner en productivité, gagner en marge, réduire le BFR, etc.

Quant à penser que la compétence des business model puisse être attribuée ou reliée aux entreprises de technologie, ce serait une fausse idée de penser qu'un nouveau projet technologique, une création innovante puisse mieux  faire construire un business model. Celui-ci s'adresserait davantage d'ailleurs à toute société souhaitant se développer, souhaitant mettre en avant sur un plan commercial ses innovations, pour qu'une partie du développement puisse avoir les meilleures répercutions possibles sur toute l'entreprise qui doit s'adapter. Mieux comprendre l'entreprise, c'est mieux agir sur elle. Est-ce la bonne solution ? L'histoire nous le dira face au monde globalisé.

« Pour s'améliorer, il faut changer. Donc, pour être parfait, il faut avoir changésouvent » (Churchill). Ce sophisme montre la nécessaire adaptabilité à avoir dans ce monde économique globalisé.

LIGNES D'ACTION

 . Lire de bons livres (il y en a peu) sur les business models. Ils sont formateurs, globalisants et font prendre de la hauteur de vue, avec des approches pragmatiques et différentes des classiques budgets prévisionnels.

. Ecouter la nouvelle génération, lui transmettre son savoir pour qu'elle l'intègre dans ses nouvelles méthodes.

. Développer un ERP (standard ou métier) car il met en lumière les flux financiers et d'informations de l'entreprise.

LIGNES DE PRUDENCE (points à éviter)

. La stratégie est une composante du business model. Des business plans ne sont pas des business model.

LIGNES OPERATIONNELLES

. La méthode et le formalisme du business model sont nécessaires pour arriver à un résultat optimal (ex : https://canvanizer.com/new/business-model-canvas)

.La publication "Enjeux et défis à horizon 2020" du CIGREF (http://www.cigref.fr/publications-numeriques/ebook-cigref-entreprise-2020-enjeux-defis/files/assets/common/downloads/Entreprise%202020.pdf). Même s'il s'agit des grandes organisations, il y a des matériaux utiles aux PME/ETI.

. Les défis des organisations en 2020, un autre document de l'IFTF (Institue for the Future). Version française sur www.actionnal.com/documents/g2020.pdf


CONTRIBUTIONS COLLABORATIVES

.
© 2014-2017 Finadoc Actionnal (COSALE - RCS Lille Métropole) - François Almaleh