DICTIONNAIRE PRATIQUE DES ENTREPRISES FAMILIALES

accueil

Ci-dessous, lien pour acheter l'édition papier (345 pages - 18 €)
Le livre Dictionnaire pratique des entreprises familiales
Existe aussi en E-BOOK :
Version Livre Amazon | Version Livre Google

MOT AU HASARD. | LISTE DES 100 MOTS | APPORTER VOTRE CONTRIBUTION

CAPITAL

LIGNES DE REFLEXION

Le capital d'une entreprise va bien au-delà de la notion comptable. En premier lieu, pour un chef d'entreprise, c'est le niveau de fonds propres qui est important, mesurant la somme des résultats, nets des distributions. Pour un tiers qui lit les mentions légales de l'entreprise, c'est le capital social, tel qu'il apparait dans les documents classiques « SociétéX au capital de… » qui positionnera l'entreprise dans une catégorie TP, PME ou ETI (voire bien sur grand groupe).

Le capital est aussi une valeur d'avenir car le savoir-faire, la marque, le positionnement, les avantages concurrentiels, etc. représentent tout ce qui a été acquis par l'entreprise (y compris le capital humain et immatériel) non traduit par les chiffres mais qui sert de critère d'évaluation quand un actionnaire veut entrer (ou sortir de l'entreprise). Naturellement le prix d'une entreprise dépend de la nature des opérations que l'on veut réaliser (donation, cession, levée de fonds, introduction en bourse, etc.). Le capital prend alors la dimension d'unité capitalistique, tout ce qui est mis en oeuvre pour réaliser l'objet social de l'entreprise et gagner de l'argent pour se développer.

Le capital est aussi une valeur familiale issue du temps car ce capital est l'accumulation d’efforts, de travail, de chance, de réussite par une ou plusieurs générations développer l'affaire familiale. Le capital est une notion ici abstraite de la valeur de l'entreprise, de ce qui a été accumulé, bien au-delà des chiffres eux-mêmes. Elle est une valeur accumulative des efforts d'années de travail qui prendra une valeur si l'entreprise est cédée, qui s'accroitra si elle est transmise.

Les notions de capital humain, de capital immatériel ont aussi du sens et sont de plus en plus importantes, toutes choses étant égales par ailleurs, dans les valorisations d'entreprise. Ces goodwill (survaleurs) ont parfois été excessifs dans les opérations de fusions-acquisitions. La maximisation du prix de cession ne va pas de pair avec la stabilité de l’entreprise.

Enfin, le capital est un sujet pour les entreprises familiales quand il doit être partagé, transmis, donné avec des sous-jacents entre termes de pouvoir, de responsabilité, de propriété ou co-propriété. Le capital social, sur lequel porte les donations de titres, n'est pas extensible en nombre de titres. Ce capital peut être donné certes, mais en nue-propriété ou en pleine propriété selon les objectifs des parents. Ainsi, dès lors que le dirigeant n’a pas ou plus la quasi intégralité du capital de son entreprise, les impacts familiaux seront à mesurer pour garder une cohérence sur l’actionnariat et éviter des conflits d’actionnaires qui sont fondamentalement inutiles pour l’entreprise.

LIGNES D'ACTION

. Valoriser l'entreprise dans ses composantes financières et extra-financières (humaines, environnementales, d'innovation.). pour communiquer non pas sur une richesse patrimoniale mais sur le travail collectif accumulé.

. Préparer la prochaine génération au partage du capital (propriété, co-propriété, ...) et à sa protection (tout en développant qui est une nécessité).

LIGNES DE PRUDENCE (points à éviter)

. Le capital (les capitaux propres) n'a pas de réelle valeur pour une entreprise n'ayant plus de capacité de développement, avec une rentabilité faible et/ou plus de trésorerie. Le capital se valorise sur le développement à venir, pas sur l'acquis.

LIGNES OPERATIONNELLES

. La fiscalité sur les réductions de capital non motivées par des pertes s'est simplifiée : imposition sur les revenus.

. Augmenter le capital social (par absorption des réserves) pour accroitre l'assise financière vis-à-vis des tiers. L’image compte parfois plus que les chiffres.

. Les rapprochements d'entreprises par échange de parts nécessitent deux valorisations de part et d'autre dont les intérêts peuvent être divergents financièrement car il y a un acheteur et un vendeur, donc un prix bas face à un cédant qui en veut un prix plus élevé pour avoir une part de capital plus grande du nouvel ensemble.

. Dans des cas de transmissions familiales innovantes, le capital peut être scindé en des actions de type A ou B, catégorisant ces actions dont une partie deviendraient alors des actions de préférence, assorties de droits de vote multiples par exemple.


CONTRIBUTIONS COLLABORATIVES

.
© 2014-2017 Finadoc Actionnal (COSALE - RCS Lille Métropole) - François Almaleh