DICTIONNAIRE PRATIQUE DES ENTREPRISES FAMILIALES

accueil

Ci-dessous, lien pour acheter l'édition papier (345 pages - 18 €)
Le livre Dictionnaire pratique des entreprises familiales
Existe aussi en E-BOOK :
Version Livre Amazon | Version Livre Google

MOT AU HASARD. | LISTE DES 100 MOTS | APPORTER VOTRE CONTRIBUTION

DEVELOPPEMENT

LIGNES DE REFLEXION

L'envie de tout dirigeant est naturellement de se développer, de grandir, de sécuriser son entreprise. Faute de quoi le quotidien routinier produira sur la durée une perte de valeur, les autres entreprises se développant. La crise a eu raison toutefois des capacités des dirigeants de PME/ETI à vouloir se développer, à investir, à être offensif. Ce n'est pas anormal. Les discours politiques et des conseils tiers sont bien plus faciles à dire, l'action sur le terrain n'est pas si évidente.

Dans des entreprises où le dirigeant n'a plus que 5 à 10 ans avant la retraite, sa capacité de se développer est bien moindre, car se développer c'est aussi prendre des risques, et que plus on l'avance, moins on a envie de remettre en jeu une vie de travail. Avec la crise, malheureusement, cela rend les entreprises plus fragiles, et cela s'en ressentira en terme de prix si elle est cédée, et sera moins attractive ou plus compliquée pour les enfants repreneurs.

Les règles de bonne gestion pour investir sont de financer sur des durées de 4 à 7 ans pour étaler les efforts de trésorerie et laisser aux investissements le temps d'être rentables et d'atteindre leur bon niveau de productivité. Mais le recours au crédit étant plus difficile, l'ambiance économique étant morose, rien ne se passe. Les fonds d'investissement peuvent intervenir mais pas pour financer un simple investissement, mais plutôt un projet global de l'entreprise qui va réussir à se développer à la fois en terme de chiffre d'affaires et en résultat d'exploitation. Le dirigeant n'est pas responsable de la situation de l'emploi, et ne va pas investir pour tenter de relancer lui seul la France ; il regarde ce qui est bien pour lui et son activité économique.

Cela peut amener l'entreprise à passer à côté d'opportunités (prise d'un nouveau marché, croissance externe, ...). L'on sait dans les modèles d'entreprise que celles qui investissent se portent mieux et plus longtemps. Si un enfant est amené à prendre la relève d'un dirigeant, alors qu'il lui soit confié tôt la charge du développement de projets, et une fois qu'il aura fait ses preuves, cela lui sera plus facile et naturel d’assurer la pleine et entière fonction de dirigeant.

LIGNES D'ACTION

. Demander au responsable financier d'établir une veille financière sur les ressources de financement qui peuvent être adaptées à l'entreprise.

. Entretenir un courant de relations avec d'autres banques et avec des investisseurs financiers.

. Projeter son endettement ou son désendettement pour déterminer le risque de l'entreprise.

. Assurer une relative indépendance bancaire, et travailler sur ses BFR pour mieux solliciter les banques sur des investissements que sur les lignes de financement du cycle d'exploitation.

LIGNES DE PRUDENCE (points à éviter)

. Ne plus être en alerte sur des opportunités d'investissement (même s'ils ne se font pas, ou pas de tout de suite).

. Autofinancer ses investissements.

LIGNES OPERATIONNELLES

. Construire et fiabiliser un plan de financement et des budgets prévisionnels.

. Tenir une veille régulière sur les acteurs du financement et du développement, et ne pas rester seul si un fonds d'investissement voulait intervenir (faire intervenir un conseil tiers, avocat, expert-comptable).

. Les sociétés de fusions acquisitions régionales ou nationales (suivant son marché) et les tribunaux de commerce (lors de redressements judiciaires) peuvent donner des idées de croissance externe ciblées.

. Voyager et participer à des missions export. Le développement à l'export n'est pas si compliqué, et la France a de nombreuses frontières (7 pays.et 2 principautés).

. Connaitre les pouvoirs du chargé de relation bancaire : entre son avis, son enthousiasme et l'analyse faite par son département crédit et son supérieur, il y a souvent un écart important.

. Faire écrire par les banques leurs engagements et propositions financières (taux, garanties, durée, conditions d'octroi.).


CONTRIBUTIONS COLLABORATIVES

.
© 2014-2017 Finadoc Actionnal (COSALE - RCS Lille Métropole) - François Almaleh