DICTIONNAIRE PRATIQUE DES ENTREPRISES FAMILIALES

accueil

Ci-dessous, lien pour acheter l'édition papier (345 pages - 18 €)
Le livre Dictionnaire pratique des entreprises familiales
Existe aussi en E-BOOK :
Version Livre Amazon | Version Livre Google

MOT AU HASARD. | LISTE DES 100 MOTS | APPORTER VOTRE CONTRIBUTION

EDUCATION

LIGNES DE REFLEXION

Comment résumer une idée d'éducation en quelques lignes alors que les parents mettent des années à le faire sans qu'il n'existe naturellement de recette en la matière. Avant d'aborder ce sujet concernant les enfants, évoquons le cas du dirigeant d'une entreprise familiale, lui aussi concerné. Il doit certes se former en continu sur différents sujets (cf. formation), mais aussi, pourquoi pas entamer un cycle validant (c'est ici le sens du mot "éducation"). Cela réclame du temps, de la disponibilité, des moyens. En général, il s'agit d'un MBA (en France, à l'international, à distance), mais il existe des cycles de type CPA qui correspondent mieux à l'entreprise familiale française. L'objectif étant bien une formation structurante, globale, allant bien au-delà de tel ou tel sujet opérationnel. Il ne s'agit pas de transformer les dirigeants en super diplômés, mais l'on voit que fréquemment, le lien entre éducation et performances globales est réel. Un chef d'entreprise écrivait sur sa carte "PPCQA". "pas plus con qu'un autre", et finalement, heureusement, mêmes autodidactes, de nombreux dirigeants sont performants. mais avouent parfois aussi connaitre leurs limites car ils n'ont pas eu toute l'éducation  académique nécessaire. Le temps se rattrape difficilement surtout quand il est peu disponible dans la vie des affaires.

Quant aux enfants, le sujet est bien différent. Tous les parents veulent le meilleur pour eux, dirigeants ou non. Dans le cas d'un dirigeant d'une entreprise familiale avec plusieurs enfants, souvent, au moins l'un deux prend le virus entrepreneurial ou a le profil pour le prendre. Alors, les parents prennent la responsabilité de faire faire des études aux enfants pour leur donner "des racines et des ailes". Les valeurs sont souvent bien plus importantes que l'argent. L'équilibre familial est recherché pour éviter le poids néfaste des individualismes ou des intérêts strictement personnels. Le partage, l'échange sont aussi inculqués : ce qui se fait en entreprise peut aussi se faire chez soi. La discrétion vis-à-vis de la fortune familiale (finances, immobilier, entreprise.) est aussi de mise : les enfants grandissent pour leur devenir et non pour hériter ou se savoir riches avant même d'avoir commencé à travailler. Les parents ne veulent pas que leurs enfants franchissent des étapes avant qu'ils acquièrent une maturité familiale, professionnelle, financière. C'est une éducation entrepreneuriale qu'ils inculquent.

L'éducation a ici alors un triple sens : élever au mieux les enfants pour leur propre avenir, détecter un profil de repreneur, assurer la continuité familiale dans l'entreprise avec des enfants responsables du patrimoine même s'ils ne travaillent pas dans l'entreprise. L'éducation reçue leur donnera une responsabilité positive, culturelle, humaine qui saura elle aussi se transmettre à nouveau.

LIGNES D'ACTION

 . Parler aux enfants du rapport du travail et de l'argent, avec un lien évident à expliquer. Laisser cependant une distance face à l'argent pour que les enfants ne se sentent protégés même s'ils n'arrivaient pas dans leurs études.

. Privilégier les sports collectifs (voire individuels) pour forger sur la durée des relations, des contacts et aussi gérer l'endurance face aux difficultés.

. Faire lire et travailler les enfants en équilibrant un juste milieu entre une autonomie à leur donner et une curiosité à susciter. Les faire voyager si possible (année de césure, programme Erasmus…).

. Parler des anecdotes de l'entreprise, des belles histoires (et parfois aussi des difficultés). L'éducation entrepreneuriale se créé ainsi. Avec le nom de famille également et son histoire.

LIGNES DE PRUDENCE (points à éviter)

. Ne pas de se former, ne pas voyager.

. Ne pas provisionner le coût des études des enfants.

. Trop soutenir financièrement les enfants. L'argent ne fait pas le travail, l'inverse oui.

LIGNES OPERATIONNELLES

. Inclure dans le plan de formation de l’entreprise les besoins du dirigeant lui-même.

. Réduire de l'impôt sur les sociétés les dépenses de formation engagées.

. Une fois par an, pour les enfants, se demander s'ils ont voyagé, fait du sport, sont allés dans un musée, ont pris un livre, .

. Aux chefs d'entreprise d'aller aussi aux réunions parents/professeurs et de se prendre du temps pour l'avenir des enfants et les connaitre.


CONTRIBUTIONS COLLABORATIVES

.
© 2014-2017 Finadoc Actionnal (COSALE - RCS Lille Métropole) - François Almaleh