DICTIONNAIRE PRATIQUE DES ENTREPRISES FAMILIALES

accueil

Ci-dessous, lien pour acheter l'édition papier (345 pages - 18 €)
Le livre Dictionnaire pratique des entreprises familiales
Existe aussi en E-BOOK :
Version Livre Amazon | Version Livre Google

MOT AU HASARD. | LISTE DES 100 MOTS | APPORTER VOTRE CONTRIBUTION

MANAGEMENT

LIGNES DE REFLEXION

Le terme "paternaliste" est parfois associé au management de l'entreprise familiale, avec une connotation protectrice (ce qui n'est en général pas pour déplaire au personnel qui a un besoin légitime de sécurité). Un éditeur français nous disait que les livres de management se vendent de moins en moins et qu'un objectif de 800 exemplaires vendus était un bon chiffre. Apprend-on sur internet ou les réseaux sociaux le management ?. Il y énormément d'articles, d'astuces, de conseils, de principes, de concepts. mais l'on constate que chaque intervenant veut y donner sa touche personnelle, innovante, conceptuelle et tout devient moins cohérent. Le management s'apprend, et surtout se vit.

Le monde change vite et dans tous les sens du terme, et pourtant le dirigeant d'une entreprise familiale ne peut évoluer aussi vite (si tant est que cela soit nécessaire). Les mots de coaching, de planification budgétaire, d'entreprise numérique, de délégation, d'entreprise libérée. ne sont pas tout à fait rentrés dans les moeurs. Non pas qu'il faille imposer toutes les nouvelles formes de management à nos PME et ETI familiales, mais au moins en extraire certains points positifs. Le personnel, des employés aux cadres de direction, est peut-être plus ouvert et à l'écoute de points d'amélioration possibles du dirigeant. qui n'a personne au-dessus de lui pour lui dire ce qui est bien et ce qui est moins bien d'appliquer.

Quand on sait que le premier commercial d'une entreprise est son dirigeant, qu'il doit aussi veiller à la technique et à la gestion de son entreprise, et qu'on lui demande également d'évoluer aussi à titre personnel, alors ses épaules doivent être bien larges. On lui apprendre à déléguer, à responsabiliser, mais tout n'est pas simple en ressources humaines. Il ne lâchera pas les rennes sans quoi il n'aura plus son rôle de dirigeant (gestion des risques, gestion des emplois, développement, investissements.).

Quand se rajoute aussi les contraintes de plus en plus nombreuses qui pèsent sur le dirigeant (fiscales, sociales, environnementales, pénales.), celui-ci doit donner des priorités à son action quotidienne. Le management n'est pas forcément sa priorité même s'il est conscient que les autres sont en attente de lui. Et enfin, le temps, un facteur important qui joue comme frein à l'évolution managériale, avec des journées qui ne sont pas extensibles, et le dirigeant qui essaye pourtant de faire au mieux. Cela tient en peu de mots, mais c'est une vraie réalité.

Quant aux jeunes générations, avec toutes les qualités professionnelles et techniques qu'elles peuvent avoir, elles doivent aussi veiller à assoir leur crédibilité et leur légitimé en matière de management. Les principes sont connus dans les grandes écoles, la pratique est tout autre, sur tous points de vue. Que le style de management soit différent de la génération précédente, peu importe, les habitudes se reprennent vite, mais que ce changement soit expliqué pour qu'il porte ses fruits.

Une citation de W. Churchill pour continuer la réflexion sur le management : "Il ne sert àrien de dire ' nous avons fait de notre mieux'. Il faut réussir àfaire ce qui est nécessaire".

LIGNES D'ACTION

. Gagner du temps et de l'efficacité grâce à de bons outils de pilotage (via un ERP par exemple).

. Bâtir, communiquer et appliquer une vraie stratégie d'entreprise (et non une série de décisions), mais également bâtir et entretenir un projet d'entreprise.

. Lire deux ou trois livres de management (à laisser au bureau comme "compagnons de route") pour s'imprégner de quelques idées si nécessaire. Assoir sa légitimité et être à l'écoute pour aussi avoir un retour sur soi (le plus difficile à percevoir).

. Repenser l'entreprise dans une économie numérique, matricielle, en réseau.

. Se faire aider par un coach (un vrai.) qui saura circonscrire son rôle et ne pas l'outrepasser (ne pas être dirigeant à la place du vrai dirigeant).

. "Un pessimiste voit la difficultédans chaque opportunité, un optimiste voit l'opportunitédans chaque difficulté" (Churchill). Le dirigeant retiendra cette vérité pour canaliser et dynamiser son équipe de direction.

LIGNES DE PRUDENCE (points à éviter)

. Prudence sur le coaching proposé par de trop nombreux intervenants, d'anciens cadres licenciés, évoquant la conduite du changement alors que celle-ci dépasse le cadre du coaching.

. Tout le monde n'est pas près au changement, surtout quand il devient nécessaire de l'opérer.

. Etre focalisé sur le management (interne) est plus facile que le management des forces commerciales (externe). Le management ne fait pas le chiffre d'affaires (mais y contribue).

LIGNES OPERATIONNELLES

. Voyager au moins une fois l'an pour découvrir d'autres cultures et s'ouvrir au monde.

. Adhérer à l'APM, Association pour le Progrès du Management (www.apm.fr), un réseau de 6500 chefs d'entreprise dans plus de 300 clubs, pour prendre du recul une fois par mois avec ses pairs et entre pairs.

. Etablir une stratégie RH, claire et comprise, avec évaluation professionnelle, notations, besoin de formation, dialogue social, intranet.


CONTRIBUTIONS COLLABORATIVES

.
© 2014-2017 Finadoc Actionnal (COSALE - RCS Lille Métropole) - François Almaleh