DICTIONNAIRE PRATIQUE DES ENTREPRISES FAMILIALES

accueil

Ci-dessous, lien pour acheter l'édition papier (345 pages - 18 €)
Le livre Dictionnaire pratique des entreprises familiales
Existe aussi en E-BOOK :
Version Livre Amazon | Version Livre Google

MOT AU HASARD. | LISTE DES 100 MOTS | APPORTER VOTRE CONTRIBUTION

PLAN DE CONTINUITE

LIGNES DE REFLEXION

50% des entreprises ne seraient pas prêtes si leur dirigeant disparaissait. Que faire, comment, quels moyens mettre en place pour anticiper et endiguer si nécessaire ? Comment doit se structurer en conséquence l'actionnariat familial ?

La gestion et la prévention des risques du dirigeant pour lui et son entreprise c'est essentiellement préserver les intérêts des actionnaires, de la famille et de l'entreprise (les produits, le savoir-faire, le personnel, etc.). Même si nous avons vu dans certains cas le conjoint et/ou les enfants reprendre l'affaire familiale suite à un décès, il n'en reste pas moins qu'il y a une déperdition incalculable en matière de savoir-faire, de technicité, de relationnel, etc. C'est pour cela que la vente de l'entreprise est la voie choisie par les héritiers, peut être pas immédiatement par respect envers le défunt, mais par la suite, compte tenu d'une charge trop lourde qui n'a pas été préparée (et pour cause).

Les systèmes de prévoyance dit "homme-clef" ne servent pas grand chose  (sauf à rassurer banquiers et investisseurs financiers) : tout n'est pas finance dans une entreprise, et heureusement. Pas plus d'ailleurs que le volet "succession" du Pacte Dutreil qui aurait plutôt tendance à figer de 4 à 6 ans de plus une entreprise traumatisée par la perte de son dirigeant.

Il ne faut pas voir l'idée d'un plan de continuité comme un formalisme qui se rajouterait au travail actuel, mais une fois par an (ou tous les deux cas), se prendre quelques instants de réflexion pour se poser de bonnes questions et les rédiger : Le jour où vous ne serez plus là, qui dans la famille gérera vos affaires professionnelles ? Qui dirigera votre entreprise, qui prendra votre «fauteuil» le lendemain où un décès se produirait ? Quelles seraient les 3 priorités d’une personne prenant la suite de votre fonction si vous n’étiez plus là ? Nous avons établi 15 questions clés.

LIGNES D'ACTION

. Quelle valeur de l'entreprise, comment est-elle protégée, qui serait le repreneur, avec quel moyen, quelle autorité (ou quelle légitimité). Qui serait la personne représentante du chef d'entreprise pour faire appliquer des mesures cohérentes sur les plans privé/professionnel. Etablir un plan sur ces sujets dans un endroit accessible et connu en cas de décès.

. Formaliser un pool de conseils et un représentant de la famille qui puissent ensemble idéalement représenter le défunt, en toute indépendance.

LIGNES DE PRUDENCE (points à éviter)

. Ne pas prendre en compte ses risques personnels (voyages, sports, état de santé, de stress, forme .).

. Ne pas déléguer ni de s'entourer de conseils revient à ne pas vouloir protéger son travail et le fruit de son travail.

LIGNES OPERATIONNELLES

Savoir rédiger un plan de continuité du dirigeant (même si ce n'est pas facile d'envisager cela), 15 questions parmi lesquelles :
. Où vivent vos enfants ? Que souhaiteraient-ils pour vous ? Pour l’entreprise ?
. Avez-vous/aurez-vous la liquidité et les montants nécessaires pour payer de tels droits ?
. Qui préserve vos intérêts professionnels au quotidien, tout en ayant une vision d'ensemble ?
. Quelles seraient les 3 priorités d’une personne prenant la suite de votre fonction si vous n’étiez plus là ?
. Votre société pourrait-elle être pérenne sans vous ? Si non, comment en verriez-vous l’issue ?
. Avez-vous un conseil patrimonial personnel qui ait une vision d’ensemble des sphères professionnelle et privée ?


CONTRIBUTIONS COLLABORATIVES

.
© 2014-2017 Finadoc Actionnal (COSALE - RCS Lille Métropole) - François Almaleh