DICTIONNAIRE PRATIQUE DES ENTREPRISES FAMILIALES

accueil

Ci-dessous, lien pour acheter l'édition papier (345 pages - 18 €)
Le livre Dictionnaire pratique des entreprises familiales
Existe aussi en E-BOOK :
Version Livre Amazon | Version Livre Google

MOT AU HASARD. | LISTE DES 100 MOTS | APPORTER VOTRE CONTRIBUTION

REACTIVITE

LIGNES DE REFLEXION

Le monde économique se standardise, se protège, se procédurise (le récent compte pénibilité en est un exemple frappant). Les fusions, concentrations, rapprochements font des entreprises plus grandes, les nouvelles méthodes de management, de gouvernance rendent les entreprises plus fortes mais aussi moins souples. Les risques d'image, de réputation, financiers, sociaux, environnementaux, fiscaux. nécessitent des procédures toujours plus nombreuses qui noient ces groupes sous l'administratif au détriment des relations sociales et commerciales.

L'entreprise familiale avance peut-être moins vite, avec moins de moyens, moins de procédures élaborées par les grands cabinets internationaux, mais l'avenir leur appartient si elles comprennent qu'un avantage économique important est la souplesse, la réactivité, l'adaptabilité que n'ont pas ces grands groupes. Cet avantage n'est pas spontané : il se créé en écoutant les remontées de la R&D, du marketing, de la force commerciale, en étudiant les projets d'investissement, en lisant des études métiers, . On est agile parmi d'autres, pas dans l'absolu. Ici agilité et réactivité seraient assez synonymes.

Parfois, en matière d'innovation, il ne faut pas avoir forcément de gros budgets, mais de continuer à améliorer sans cesse ses produits, et ne pas hésiter si possible à déposer des brevets. En matière de service, ce serait également une démarche qualité. Les normes ISO sont un bon vecteur de crédibilité mettant toutes les entreprises au même niveau de compétition.

Quant à l'aspect des prix et des marges, plus les structures des grands groupes sont lourdes, plus les centres opérationnels doivent financer les frais de structure, empilant des coûts inutiles. La cotation en bourse nécessite également des ajustements financiers visant sans cesse à des augmentations de CA et de marge nette. Les entreprises familiales visent le long terme, avec des frais de structure bien plus réduits. Certes, si elles perdent un marché, cela se voit très vite, mais c'est le sens de la planification budgétaire, du contrôle des coûts et des marges pour connaitre ses limites dans la fixation des prix.

L'adaptabilité, la souplesse se construit donc et nécessite une démarche continue : se battre face aux groupes mais sur un terrain où ils ne peuvent pas toujours aller : la rapidité dans la prise de décision, la production en plus petite série, la sous-traitance si nécessaire, . C'est au dirigeant qui est en prise directe avec la marche de l'entreprise que vient cette impulsion de réactivité et d'agilité. Il n'a pas le choix : il doit vivre, progresser, grands groupes ou non.

Enfin, la réactivité est totalement liée au bon sens, à l’action pratique, concrète, visible et utile.

LIGNES D'ACTION

 . Assurer une vraie veille économique sur les produits, l'international. Ecouter le marché pour avoir des idées.

. L'apprentissage des décisions pour les nouvelles générations est important car leur notion de risque est plus réduite. Sans décision l'entreprise avance moins bien. Les décisions collectives sont importantes mais non suffisantes. L'environnement économique, social, fiscal . a besoin de décisions rapides, tranchées, pertinentes. Les jeunes générations peuvent apprendre la réactivité même si cela conduit à un échec (qu'il faudra cadrer et corriger).

. Construire sa stratégie, sa politique qualité, ses procédures, ses plans financiers. pour rester dans les normes demandées par les donneurs d'ordre. Ils sont prêts à travailler avec des entreprises plus petites si elles les rassurent sur leur santé financière, sur la capacité à produire, à assurer l'après-vente. Cela étant fait, l’ADN de la réactivité sera intact et productif.

. Ecrire ses process (dans le cadre d'une démarche qualité ou non). Cela responsabilise plus de personnes, donc un gain de temps et de réactivité à tous les niveaux de l'entreprise. Ecrire n'est pas une contrainte mais un réel investissement.

LIGNES DE PRUDENCE (points à éviter)

. L'inertie décisionnelle et le temps ne sont pas toujours adaptés à nos environnements rapides et exigeants.

. Les décisions toujours collectives ne sont pas propices à la réactivité de l'entreprise.

. Différer un problème ou une décision (investissement, problème de trésorerie, relationnel, ...) de façon récurrente est un travers à corriger (plus chez les cadres de direction, ou chez les jeunes générations).

LIGNES OPERATIONNELLES

. Les séminaires sur la gestion du temps, sur la délégation de pouvoir, la lecture rapide. sont des moyens à mieux réagir sur des décisions à prendre.

. L'approche globale de l'entreprise est nécessaire pour prendre en compte plus d'éléments dans une décision et ne pas la différer : tableaux de bord, reporting intégré, prévisionnels, efficacité du comité de direction.

. Penser aux sociétés en participation pour prendre un marché important (société en participation avec naturellement d'autres entreprises familiales) et réagir sur des marchés à potentiel et importants pour l'entreprise (gérer la charge de travail, l'apprentissage d'un gros marché, ...).


CONTRIBUTIONS COLLABORATIVES

.
© 2014-2017 Finadoc Actionnal (COSALE - RCS Lille Métropole) - François Almaleh