DICTIONNAIRE PRATIQUE DES ENTREPRISES FAMILIALES

accueil

Ci-dessous, lien pour acheter l'édition papier (345 pages - 18 €)
Le livre Dictionnaire pratique des entreprises familiales
Existe aussi en E-BOOK :
Version Livre Amazon | Version Livre Google

MOT AU HASARD. | LISTE DES 100 MOTS | APPORTER VOTRE CONTRIBUTION

RUMEURS

LIGNES DE REFLEXION

Dans tout groupe social, les personnes discutent entre elles sur les autres composantes de groupe social. C'est ainsi, c'est naturel, et parfois cela peut prendre d'autres proportions. Tant la vie sociale d'une entreprise est riche que peuvent alors se produire tout champ possible laissant la place aux rumeurs. Celle d'abord concernant l'entreprise où alternativement elle peut être en vente, perdre de l'argent, avoir un climat social délétère, des comptes peu clairs, des mésententes. Il n'y a pas de limite possible. L'on se sent démuni, blessé car il y a un double travail à faire : rassurer l'extérieur, rassurer ses équipes alors que l'essentiel est ailleurs. Le personne n'est pas toujours reconnaissant d'être proche ou solidaire de l'entrepreneur. qui le fait vivre.

Ensuite, cela est fréquent, les rumeurs portent sur le dirigeant lui-même, qu'elles soient avérées ou infondées. En général il n'en connait pas les rouages ni même l'existence. On ne se lève pas le matin en allant dans son entreprise pour se demander ce que peut penser le personnel de soi. L'expression existe : les premiers concernés sont les derniers informés. Et pourtant là aussi, tous les plus petits prétextes sont possibles : le dirigeant ferme la porte de son bureau, a une nouvelle voiture, reçoit des gens en costume pour faire visiter l'entreprise, une secrétaire passe plus de temps dans le bureau, . Aucune limite n'est possible dans l'imagination du personnel. qui a besoin d'être rassuré et d'avoir des réponses à ses interrogations. Il en va pour le dirigeant de la qualité du climat social et corrélativement de la productivité, de la motivation, de la qualité.

Bien sûr, ce sujet des rumeurs existe quels que soient la taille et le type d'entreprises, mais dans les entreprises familiales, le groupe social est plus petit, tout le monde se connait, c'est presque à certains égards une grande famille. Chacun doit donc être respectueux, vertueux, donner l'exemple, surtout quand il s'agit d'un dirigeant que l'on voit tous les jours (en général). Et quand bien même tout ne serait pas parfait, lancer des rumeurs, les faire vivre c'est aller en partie contre soi et ses intérêts. Il n'est pas aisé pour une personne, employée, technicienne, ou cadre d'avoir une réponse à des rumeurs, l'on aborde pas son supérieur sur ces sujets délicats comme n'importe quelle conversation.

Vient aussi la phase de transmission familiale, où le personnel s'interroge sur l'enfant repreneur. Est-il compétent ? Aidé/poussé par ses parents ? Que fait-il quand il vient à 10h et part à 16h ? . De nouveau, tout est possible dans le spectre des rumeurs. Globalement dans les salariés, personne n'aime le changement, et toute nouveauté fait poser des questions. Quand celles-ci n'ont pas de réponse ou de clarté, les rumeurs circulent, et c'est dans leur nature d'être amplifiées et déformées.

Les dirigeants de PME/ETI ne peuvent pas demander au personnel d'avoir en permanence confiance et de ne pas véhiculer des rumeurs, ca ne fonctionne pas ainsi. Et puis le dirigeant a aussi sa vie privée, son espace de liberté. Il ne peut tout partager sous prétexte que le management moderne vise à la transparence la plus totale(ou presque). Il équilibre entre ce qui sait et ce qui doit être dit. Il n'y a aucune bonne vérité sur ce plan là, sauf l'honnêteté, l'intégrité, l'intérêt social et collectif. Les "responsabilités" sont partagées.

LIGNES D'ACTION

. Laisser les rumeurs d'éteindre toutes seules, ou agir ponctuellement si nécessaire, en toute transparence.

. Etre à l'écoute permanente de ses équipes (de direction, mais aussi du personnel. Les langues parfois se délient vite).

. Mettre en place un système d'évaluation du personnel (ou de notation), même en l'absence d'ascenseur social possible ou d'augmentation, le personnel saura ainsi s'exprimer. Parler libère et rassure.

LIGNES DE PRUDENCE (points à éviter)

. Ne pas être à l'écoute de son entreprise. Il y a toujours des révélateurs dans les comportements du personnel ("machine à café", réunions informelles, appels non professionnels dans le temps de travail plus fréquents.).

LIGNES OPERATIONNELLES

. Les rumeurs touchant l'entreprise (vente, état de santé, perte d'un client.) si elles ne sont pas fondées seront déjouées avec intelligence par les personnes les subissant qui seront plus fortes que celles qui les émettent. L'expression "laisser faire, laisser dire" reste vraie.

. Eteindre des rumeurs par des démentis n'est pas suffisant. Il faut agir par un contre-pied sans évoquer la rumeur elle-même. Cela est subtil dans la nuance mais la rumeur nécessite d'agir ainsi.

. La rumeur personnelle se combat par un accroissement d'exigence, de renforcement de sa capacité managériale, et un renforcement de ses compétences.


CONTRIBUTIONS COLLABORATIVES

.
© 2014-2017 Finadoc Actionnal (COSALE - RCS Lille Métropole) - François Almaleh