DICTIONNAIRE PRATIQUE DES ENTREPRISES FAMILIALES

accueil

Ci-dessous, lien pour acheter l'édition papier (345 pages - 18 €)
Le livre Dictionnaire pratique des entreprises familiales
Existe aussi en E-BOOK :
Version Livre Amazon | Version Livre Google

MOT AU HASARD. | LISTE DES 100 MOTS | APPORTER VOTRE CONTRIBUTION

SOULTE

LIGNES DE REFLEXION

C'est un mot peu usité dans les entreprises familiales dans lesquelles doivent se réaliser une transmission. Avant d'aborder un point un peu technique, voyons le contexte : un dirigeant veut transmettre son entreprise au sein de la famille, par donation, mais se fixe plusieurs objectifs dont celui de n'avoir qu'un enfant repreneur, et d'équilibrer les masses à donner à tous les enfants en sachant qu'il n'a que l'entreprise comme patrimoine (en dehors de sa résidence principale). Certains y verront un schéma très classique de transmission, ou de volonté de transmettre. qui n'est cependant pas optimum : un enfant sera aux commandes de l'entreprise avec tous les risques que cela comporte, et les autres, seront aussi actionnaires (équilibre des donations oblige), avec une progression de la valeur de l'entreprise sans qu'ils aient eu à y travailler. C'est ainsi. sauf que parfois le dirigeant opérationnel souhaite avoir les fruits de son travail (dividendes) sauf forcément "partager" ou courir des risques d'être censuré par des non-opérationnels pensant d'avoir à leurs affaires privées qu'à l'entreprise.

Habituellement, les dirigeants donnent dans ce cas de figure des titres à tous les enfants, charge à eux, de se racheter à terme tout ou partie. Quand une entreprise possède des liquidités ou peut s'en constituer, alors il est possible qu'un dirigeant donne les parts de l'entreprise de manière égalitaire à ses enfants, et que ceux qui ne seront pas opérationnels puissent être payés non pas en titres mais en cash correspondant à la valeur des titres. Naturellement, cela fait une sortie de trésorerie à assumer, par réduction des placements, et/ou un crédit à rembourser. Dans ce second cas, il est vrai qu'une ligne de financement n'est pas productive pour l'entreprise. Mais ce "schéma" assorti d'un crédit vendeur permet à l'entreprise familiale de lisser sur la durée sa charge actionnariale.

Ce moyen de transmission n'est pas unique. D'autres peuvent être mis en place, mais dans de nombreux cas de figure, ce qui sera jugé par le dirigeant est la solution fiscale la plus économique pour un résultat proche des objectifs, ce qui en soit est tout à fait justifié.

LIGNES D'ACTION

. La trésorerie d'une entreprise doit répondre en partie à des sujets liés à l'actionnariat (trésorerie propre, ou ligne de financement). Le dirigeant en voie de transmission doit intégrer cette dimension dans son schéma familial, juridique et financier.

. Veiller à ce que les intérêts des minoritaires payés en cash sur plusieurs années (si cela était le cas) soient préservés pour ne pas introduire un désavantage financier qui pourrait nuire à l'entente familiale.

LIGNES DE PRUDENCE (points à éviter)

. Donner les titres de l'entreprise à tous les enfants alors qu'ils ne seront pas tous opérationnels ou actifs dans l'entreprise.

LIGNES OPERATIONNELLES

. Dégager un volant de trésorerie hors "trésor de guerre" et hors BFR pour le consacrer à la transmission concentrées autour des repreneurs (dirigeants et/ou enfants salariés) : ligne de crédit amortissable, prêt moyen, investisseur financier (si projet de développement de l'entreprise).


CONTRIBUTIONS COLLABORATIVES

.
© 2014-2017 Finadoc Actionnal (COSALE - RCS Lille Métropole) - François Almaleh